Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Petite leçon d'anatomie, ou comment s'assurer de faire fuir les cyclistes

Colonne vertébrale : que ces mots vous évoquent-ils? Lorsqu'on dit d'un élément qu'il est la colonne vertébrale d'une structure, considérez vous le dit élément comme important, ou vaguement superflu? Personnellement, j'étais, ignare que je suis, convaincu qu'une colonne vertébrale était à tout le moins relativement essentielle. Ça, c'était avant que la Ville de Québec ne me fasse changer d'idée...

Addendum (08/06/2018)

Ce billet a été remanié suite à diverses publications concernant le réseau cyclable et à l'installation (enfin!) de détours correctement balisés.

Quand colonne vertébrale rime avec négligeable

Ce billet ne sera pas très long, parce que je suis simplement découragé. Je vais me contenter de citer un document émanant de la Ville de Québec, tout ce qu'il y a de plus officiel puisqu'il s'agit de la Vision des déplacements à vélo, document publié en mai 2016, en remplacement du défunt plan directeur du réseau cyclable.

Les corridors des Cheminots, de la rivière Saint-Charles et du Littoral sont venus structurer le réseau cyclable de la ville de Québec [...] ces liens cyclables constituent encore aujourd’hui la colonne vertébrale du réseau cyclable.

La mise en gras est de mon fait. Donc on s'entend bien, la ville elle-même décrit ces trois corridors comme constituant la colonne vertébrale du réseau cyclable municipal. Intéressons-nous à l'état de cette colonne vertébrale pendant l'entièreté du mois de mai 2018 (soit, dois-je le rappeler, un mois d'ouverture officielle du réseau cyclable, toute surannée qu'étant cette notion).

Corridor des Cheminots

Que fait-on avec une colonne vertébrale? Eh bien on la coupe pardi (regardez à partir de 0:50)!

Et non seulement on la coupe, mais on ne prévoit absolument aucun détour ou signalisation pour les cyclistes. Qu'ils aillent se perdre dans le chantier en espérant vainement une sortie (comme je l'ai fait), ou alors sur le boulevard, histoire de se faire frôler (comme à 3:27 dans la vidéo)! Pour ceux qui veulent voir les travaux à proprement parler, c'est à 0:54, j'ai inclus le reste pour bien démontrer qu'aucune signalisation, même simplement informative, n'est en place, alors que nous sommes déjà bien avancés dans la "saison cyclable officielle" (18 mai). Un trottoir subsiste, mais il est clair 1) que c'est un trottoir et non une piste cyclable (voir à 0:57 par exemple) et 2) que ce trottoir, même si la circulation des vélos y était autorisée (ce qui n'est absolument pas le cas), est d'une largeur nettement inférieure au minimum requis pour permettre à deux cyclistes de se croiser facilement.

On ne parle pas non plus d'un détour d'une fin de semaine, mais bien de travaux qui, au vu de leur ampleur, vont probablement s'étendre sur toute la saison estivale...

À titre informatif, ce n'est même pas une première. En 2014 déjà, la piste avait été coupée tout l'été sur quasiment toute sa longueur longeant Henri-Bourassa...

IMG_20140907_143352.jpg
"Merci de respecter la signalisation en place pour votre sécurité"...
IMG_20140907_143708.jpg
Ça me paraît tout à fait praticable pour une famille
IMG_20140907_143955.jpg
"Voie barrée"

Tout déplorable que cela puisse avoir été, à ce moment, il y avait au moins une signalisation indiquant un détour aux cyclistes. Certes, c'était un détour passant par des rues sans signalisation adaptée, donc rien pour remplacer une piste cyclable, mais au moins c'était présent. Là, non seulement rien ne s'est amélioré depuis 2014, mais nous avons même régressé : simplement informer les cyclistes ne semble plus important...

En fait, une signalisation adaptée a été mise en place à la fin mai / début juin (entre le 24 mai et le 5 juin). Elle est loin d'être idéale, puisqu'elle implique une traversée non-protégée (comprendre : sans priorité) de la 22e rue, ce qui n'est pas super pour les familles et les débutants, mais il est vrai que c'est déjà une amélioration. Toutefois, deux éléments problématiques demeurent :

  1. Pourquoi fermer la piste cyclable? Il était impossible de décaler les travaux de quelques mètres? Les nouveaux bâtiments de l'hôpital se retrouveront réellement au-dessus de l'emprise de la piste cyclable?
  2. Dans quelles circonstances peut-il être acceptable de devoir attendre un mois avant la mise en place d'un détour et d'une signalisation destinée aux cyclistes? Pourriez-vous imaginer la même situation pour des travaux routiers? Le Boulevard Henri-Bourrassa fermé pendant un mois, avant que la ville de s'avise qu'il faudrait peut-être mettre en place un détour?

Corridor de la Rivière Saint-Charles

Au début juin 2018, voici ce que les cyclistes empruntant la rive nord de la rivière Saint-Charles peuvent observer :

vlcsnap-2018-06-08-10h03m59s470.png
Remarquez le détour "par les eaux"...

Soupir... Ils n'ont pas été fichus d'utiliser un panneau Détour avec la flèche dans le bon sens. Pour comprendre où passer, il faut se rapprocher et lire la minuscule affiche indiquant le détour, ainsi que la fin des travaux "pour février 2018" :

vlcsnap-2018-06-08-10h04m18s551.png
C'est pourtant limpide!

Remarquez, ces dates de fin de travaux semblent changer à peu près aussi rapidement que les positions d'un politicien, puisque l'automne dernier, la fin des travaux était prévue pour décembre 2017.

IMG_20171028_171233.jpg
Il faut croire que les "conditions climatiques" ont été rudes...

N'empêche, dépêtrons nous de ce détour mal fichu et poursuivons sur ce corridor, que dis-je ce corridor, cet axe vital constituant la colonne vertébrale du réseau cyclable de Québec. Pendant plus de la moitié du mois de mai, voici à quoi ressemblait la piste lors de son passage sous Marie-de-l'Incarnation :

IMG_20180508_173813.jpg
"Trottoir"... Après on s'étonne que les cyclistes roulent sur les trottoirs...

À titre informatif, le petit chemin partant à droite est... un escalier.

IMG_20180515_200151.jpg
De l'autre côté du pont

Pourquoi donc cette signalisation, forçant les cyclistes à emprunter un escalier et à traverser à pied Marie-de-l'Incarnation? Tout simplement parce que pendant plusieurs semaines, personne n'a cru bon de nettoyer ça :

IMG_20180512_155252.jpg
Un mélange de vase, de cailloux et de sable...

Alors, je sais gré à la ville d'aviser les cyclistes du danger de cette vase (c'est en effet très glissant), mais pourquoi avoir attendu plus de 15 jours avant de dégager ce lien cyclable qui constitue la colonne vertébrale du réseau cyclable? Je sais, je répète cette formulation ad nauseam, mais le contraste entre cet énoncé de la ville et les actions prises est tellement incroyable que je ne peux m'en empêcher.

Corridor du Littoral

Au 10 juin 2018 (et donc durant tout le mois de mai), il n'y a toujours aucune manière pour un cycliste de traverser le Vieux-Port, trajet qui, faut-il le rappeler, fait partie du Corridor du Littoral, soit la "colonne vertébrale" du réseau. Vous pensez que je plaisante? L'arrivée ouest se présente ainsi :

vieuxport-non3.png
Interdit de tourner à droite vers les quais, puis
vieuxport-non4.png
c'est la fin de la piste, il faut emprunter Dalhousie directement

Du côté est? Idem :

vieuxport-non2.png
Fin de la piste, et flèche indiquant de tourner... sur Dalhousie
vieuxport-non1.png
et, si on s'entête à poursuivre, un panneau forçant les cyclistes à descendre

Bref, une piste empruntée par plusieurs milliers de cyclistes par jour (jusqu'à 4300, selon vos propres chiffres) n'existe tout simplement plus. Une section du Corridor du Littoral, colonne vertébrale de notre réseau cyclable (encore une fois, ce n'est pas moi qui le dit, c'est la ville) est tout bonnement disparue. Pourquoi? Travaux imprévus? Réaménagement du secteur? Point du tout. Simplement, on n'accorde aucune importance aux cyclistes.

En fait, ce n'est pas tout à fait exact. Oui, il y a manifestement des employés de la ville qui aiment les cyclistes et veulent les aider. C'est ainsi que l'on se retrouve avec de très beaux projets tels que cette passerelle pour les vélos. À ces gens, je dis, du fond du coeur : merci. Vous avez toute ma gratitude et je vous demande de m'excuser pour le ton irrévérencieux que je prends généralement à l'égard de l'administration municipale : de toute évidence, cela ne s'applique pas à vous, bien au contraire.

Une petite question subsiste, tout de même : pourquoi ces gens sont-ils enfermés à la cave 90% du temps? Pour concevoir un projet tel que cette passerelle, adapté aux besoins des cyclistes, il faut être bien au fait des problèmes vécus par ces mêmes cyclistes et donc forcément savoir que en ce moment, la situation est absolument kafkaesque! Pourquoi ces gens là sont-ils donc ignorés la majorité du temps?

Apparté JF-ô-Max

Je ne peux m'empêcher de relayer la réaction de Québec21 (sur leur page Facebook officielle) à l'annonce de la passerelle pour cyclistes :

[...] Encore une fois, il s'agit de l'argent des contribuables. Nous considérons que le maire de Québec, avec ses goûts luxueux, est complètement déconnecté des besoins de ses citoyens. [...] Était-ce véritablement la SEULE solution envisageable? Maintenir la surveillance sur les quais pour s'assurer que les cyclistes marchent à côté de leur vélo pour les quelques mètres à franchir n'auraient pas été une mesure suffisante?

Appelez le Larousse et le Petit Robert, car nous avons une nouvelle définition pour le mot "quelques" : six cents. Oui, 600. C'est la distance sur laquelle les cyclistes doivent, en ce moment, mettre pied à terre.

trajet_vieux-port_a-pied.png
(le trajet est approximatif sur Google Maps)

Réussir à résumer 600 mètres en "quelques" est absolument délirant de sophisme. Par contre, cette interprétation (très) libérale du mot "quelques" a du bon. Sachez donc, cher parti de l'automobiliste payeur de taxe, que la congestion routière n'existe plus à Québec, les automobilistes n'ayant à attendre que quelques minutes à chaque jour. Qui pourrait se plaindre de quelques misérables minutes, après tout...

Blague à part, si votre solution à un problème de circulation de vélos est de transformer la piste cyclable en trottoir, nous avons un léger problème de perception...

Pour la fin des discours creux

Voici comment débute le document cité plus haut (publié en mai 2016, soit voilà déjà deux ans) :

jlemieux_declaration.png
(page 3 du document)
rnormand_declaration.png
(page 4 du document)

Mme Lemieux ne s'est pas représentée aux dernières élections et a été remplacée par Mme Marie-Josée Savard au poste de responsable du patrimoine et de l'aménagement du territoire. M. Normand est quand à lui toujours en poste. Mais qu'importe, puisqu'il semble que ce soit du pareil au même.

J'en ai assez de ces "appels à la coopération", de ces présentations de "plans d'action cohérents", de gens "prêts à relever les défis", de ces "mois de réflexion et de travail" ou de ces politiciens qui "ont entendu les préoccupations des cyclistes". J'en ai marre, parce que tous ces beaux discours ne mènent jamais à rien.

Pendant tout le mois de mai 2018, les trois axes constituant la colonne vertébrale du réseau cyclable, dixit l'administration municipale, étaient coupés et impraticables. Comment pouvons-nous en arriver là, comment concillier cette situation absolument ahurissante avec les beaux propos du plan d'action de la ville? La réponse, c'est qu'il n'y a aucun moyen. Qu'au final, hormis quelques employés qui tentent désespérement d'améliorer le sort des cyclistes envers et contre tous et que je remercie à nouveau du fond du coeur, tout le monde se contrefiche des cyclistes.

Je suis bien conscient que les membres du comité exécutif ont d'autres dossiers à gérer que celui des cyclistes. Je ne suis pas naïf au point de croire en toutes les promesses des politiciens. Mais ici, c'est simplement pathétique. Ce n'est pas une promesse électorale, non plus qu'un dossier requérant des milliers d'heures de travail. Nous n'en sommes pas à discuter d'une extension du réseau cyclable, ni des manières d'augmenter la part modale du vélo, ni même de comment réparer le réseau ou le mettre en valeur, simplement à ne pas charcuter la colonne vertébrale du réseau existant! Lorsque l'on retire 48 espaces de stationnement utilisés à 36% pour créer une bande cyclable, les médias en font leur choux gras et il faut des consultations publiques, mais lorsque l'on coupe complètement les trois liens cyclables majeurs de la ville, on n'en discute même pas? À ce stade, je me dois de poser la question : avez-vous réellement compris ce qu'est un cycliste? Vous êtes conscients que s'il a un moteur et quatre roues, alors ce n'est pas un cycliste, n'est-ce pas?

Honte à vous, Mme Lemieux, vous qui avez personnellement signé ce texte pour l'ignorer sciemment la seconde qui a suivi. Honte à vous, Mme Savard et M. Normand, vous qui n'avez manifestement pas la moindre idée des dossiers sous votre responsabilité.

Oui, je sais, je suis trop caustique. Irrévérencieux. Partial. De mauvaise foi. J'occulte les grandioses réalisations des dernières années sur le réseau cyclable. Je passe sous silence les bons coups et j'exagère les mauvais. Le problème, c'est qu'au risque de décevoir les mathématiciens dans l'audience, un bon coup n'en annule pas un mauvais. Prétendre que la mise en place d'une piste cyclable sur (par exemple) 400 mètres du Boulevard Armand-Paris rachète la fermeture du Corridor des Cheminots est l'équivalent de considérer que fermer l'autoroute Henri-IV pour 6 mois peut être "compensé" par la réfection complète de la Rue des Escoumins, charmante petite artère du nord de Val-Bélair. Il y a des choses qui ne peuvent simplement pas être faites : si un fonctionnaire lançait sans prévenir un forage minier au beau milieu de l'autoroute de la capitale, il serait renvoyé et ce même s'il avait par ailleurs réussi à colmater tous les nids-de-poule de la ville sans dépenser un sou. C'est la même chose ici : oui, c'est très bien d'avoir créé des pistes ou bandes cyclables dans un coin reculé de la banlieue, mais ça n'excuse absolument pas le fait d'avoir autorisé sans se poser de questions la fermeture complète d'un lien cyclable principal.

Il y a quatre causes possibles pour ce fiasco :

  1. Vous n'êtes pas au courant que de tels travaux ont lieu, et aucune consigne n'a été donnée aux fonctionnaires concernant la fermeture des pistes cyclables. Bref, vous vous fichez des cyclistes.
  2. Vous n'êtes pas au courant que de tels travaux ont lieu, des consignes ont été données aux fonctionnaires concernant la fermeture des pistes cyclables, mais elles sont tellement laxistes qu'elles permettent la fermeture non annoncée de la piste cyclable nord-sud principale de la ville. Bref, vous vous fichez des cyclistes.
  3. Vous êtes au courant que de tels travaux ont lieu, mais bloquer la piste cyclable nord-sud principale de la ville vous semble raisonnable. Bref, vous vous fichez des cyclistes.
  4. Vous êtes au courant que de tels travaux ont lieu, mais ne savez pas qu'ils touchent une piste cyclable. Bref, vous vous fichez des cyclistes.

Remarquez-vous une constance dans l'analyse de chaque possibilité? C'est parce qu'il n'y a pas d'autre conclusion: il n'y a aucune manière de concillier ce genre de fermeture avec la position officielle de l'administration municipale concernant le cyclisme, qu'il soit utilitaire ou de loisir. Et si vous n'êtes toujours pas convaincus, sachez qu'il existe des dizaines d'autres exemples de cette indifférence face aux besoins des cyclistes.

Au final, chers flagorneurs qui se trouvent malheureusement à aussi être mes élus, la seule chose que je vous accorde -- et encore, c'est avec la plus grande réticence -- c'est que le réseau cyclable de Québec est effectivement à votre image : déficient, inachevé et ne menant nulle part.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://unzoileavelo.ca/index.php?trackback/54

Fil des commentaires de ce billet